[BaselWorld] De Monaco: La Surprise Princière


Patrizia Ameli m'avait relancé depuis quelques semaines au sujet de De Monaco, d'un œil distrait, dissuadé par un nom non Helvétique, je n'y avais pas assez prêté attention.
Ayant croisé Patrizia à BaselWorld, elle me fit venir sur le stand De Monaco, à coup de « Mawashi-Geri », huits dents craché, j'eu une des surprises du salon.

Sur ce genre d'événement, il y à les grosses surprises, les blockbusters de la surprise type 5164 ou 5208 Patek, les surprises attendus, type Opus Eleven, les demi surprises type Heritage Watch Manufactory (déjà présente au GTE), puis les surprises surprenantes, comme De Monaco.

Une surprise à tous points de vue : esthétique, technique et tarifaire.

Le fer de lance de la gamme est à mon sens ce magnifique QP, une pièce très réfléchie et parfaitement dans l’air du temps.
Le positionnement même d’une offre déclinée autour de cette complication inconcournable mais actuelle relève d'une stratégie inédite dans l'horlogerie de Luxe.

J'ai été très impressionné par cette montre. Les parties visibles de la carrure ( oreilles, cornes, lunette) sont en or ou en titane selon la version et sont montés sur une «armature» de boîtier rond en titane.

Le cadran commet un double exploit. Prendre deux codes esthétiques jugés relativement lourds, à savoir, les grands Index Romains façon Cartier ainsi que les guichets classiques des QP. La combinaison de ces 2 codes esthétiques donne un traitement d’ensemble aérien et ultra-lisible.

En somme, il en va de ce QP De Monaco, comme des mathématiques, moins fois moins égal plus.

Une réussite dans l’équilibre du cadran, tant les index romains habillent élégamment les contours des guichets.

 

Point de vue mécanique, il s’agit également indubitablement d’une réussite, contrairement à nombre de QP, toutes les indications sont accessibles par un simple tirage de couronne, la couronne permet de sélectionner la position à régler sur le mini-cadran à 6h. Puis une pression sur le poussoir de la couronne permet de modifier sans coup férir les indications des divers guichetst. Un tour complet de quantième suffit pour revenir en arrière: il s’agit du système de réglage d’un QP le plus sécurisé et le plus simple que j'ai pu testé à ce jour.

Le dernier point, qui ne démérite pas dans l'absolue, mais qui n'est pas à la hauteur du reste du traitement de la pièce, réside dans la décoration du mouvement sur la thématique du drapeau Monégasque. Le travail sur la masse oscillante est superbe, bien qu'un peu «too much», mais sans critique réelle à émettre. Cependant, j'ai un peu plus de mal avec la décoration très (trop?) originale de la platine, qui reprend le motif à losange du drapeau de la Principauté, : le rendu est un peu brut de fonderie et ce motif souffre de ne pas avoir un traitement plus classique ( anglage, côtes de Genève,perlage, sablage, …).

Aujourd'hui toutes les transgressions de boîtier et de cadran sont permises, mais même chez les plus extra-terrestres, les traitements de mouvements restent ultra classiques. Ce décalage entre le néo-classicisme du boîtier/cadran est trop important avec l'esthétique du mouvement.

En fait ce décalage est volontaire, il résonne avec les paroxysmes de la principauté, qui d’une part, investi massivement dans l'écologie et d’autre part qui accueil une course de F1.

Au final, on a peut-être le plus beau QP de l'horlogerie, le plus avancé techniquement, et le moins cher de l'horlogerie haut de gamme, il est en effet tarifié 26k€ en titane, 29k€ en or rose et 35k€ en or blanc, à comparer à d'autres QP chez Jeager, Master QP (35k€), Patek 5140 (60k€), Lange Perpétuel (55k€). Avec 88 exemplaires seulement, ça risque de partir très vite.

Sur WatchO:
http://www.watchonista.com/index.php?page=watch&wid=11452

Avant d'aborder le «gros des troupes » constitué par les tourbillons, parlons de l'entré de gamme, incarnées par des montres 3 aiguilles, à la finition irréprochable. En fait la finition est la même sur l'ensemble de la gamme en reprennent les es codes. Dans un boitier réduit de 39mm. 

Le tarif de départ, autour de 15k€, permet d'accéder à De Monaco, tarif un peu élevé à mon sens, le tarif habituel de l'accs haut de gamme se situant autour de 12k€.

Toutes les autres montres De Monaco font toutes 43-44mm, une taille plus virile et actuelle que la plupart des montres d'accès de gamme haute horlogerie de la concurrence.

Enfin, le cœur de gamme, est constitué de manière très cohérente pour une marque à vocation Monégasque, par des tourbillons presque de facture classique sur le plan technique.
Ces derniers bénéficient d'un spiral/échappement en silicium, ainsi que d'un brevet d'équilibrage de la cage, un contrepoids existant à l'opposé de l'échappement afin d'optimiser la chronométrie en évitant tout déséquilibre de fonctionnement.
J'attends avec impatience de voir ce tourbillon participer à des concours de chronométrie, afin de savoir si le système développé par Pim, le Maître Horloger de De Monaco, est une bête de course digne du grand prix De Monaco.

Autre point notable, le pont de tourbillon est en saphir, si bien que lorsqu'on porte la montre on a quasiment la sensation que le tourbillon vole dans le mouvement, tant ce pont en saphir se fait oublier.

Ma version favorite, la Tourbillon XP-1 Round en or rose, cadran onyx, insert central en nacre noire, et surtout un choix de police chiffres arabes très originale, c'est rudement beau, et cela constitue un parfait compromis de tendance entre modernité /classicisme, sport/chic.
Une synthèse parfaite des codes qui ont fonctionné ces 10 dernières années, avec un choix de cadran/police qui donne un petit coté 70' (je pense plus aux univers musicaux qu'aux montres) à craquer, il pourrait aussi rappeler certains codes classiques d’Extrême-Orient, bref que de l'efficace.

Sur Watchonista.com :
http://www.watchonista.com/index.php?page=watch&wid=8730

Il existe aussi dans la version «classique», avec les grands chiffres romains:

Dans la communauté Watchonista:

Aussi en or blanc:

Et dans une version qui perd de l'équilibre décalé du boitier rond, en boitier carré:

Dans la base de WatchO:
http://www.watchonista.com/index.php?page=watch&wid=8731

La gamme de prix échelonne de 88k€ à 105k€, c'est un tarif courageux, à une époque de rétrécissement relatif du marché des tourbillons, marché déjà par ailleurs saturé.
Malgré une esthétique sans faille, la concurrence est rude à ce niveau de prix.
Et certains tourbillons, sans être aussi potentiellement aussi précis, sont plus démonstratifs...

De Monaco, c'est une surprise à plus d'un titre, surprise esthétique tant tous les codes qui ont fonctionnés cette dernières décennie (Cartier Santos 100, Vacheron Quai de l'Ile, Patek Nautilus, Piaget QP, Greubel Forsey, Girard Perrigaux) ont été compris, remixés et intégrés intelligemment dans des boitiers alliant modernité et luxe.

Surprise sur l'emboîtage, les finitions des cadrans sont redoutables, les boîtiers en kits permettent de présenter des alternances de surfaces polis/brossés, tout à fait inédite sur des boîtiers (et auxquels mes photos rendent bien peu grâce), ce genre de finitions est à rapprocher de certains très beaux bracelets aciers, type Royal Yak, Nautilus, Panerai nouvelle générations.

Surprise sur la finition des mouvements, tant elle brise les codes classiques Helvétiques.

Mais aussi Surprise plus globales, sur l'aspect très haut de gamme du projet (Storrytelling Monégasque, finitions d'habillage à faire rougir certains grand noms) qui se place d'emblée comme un chaînon manquant entre la haute horlogerie et l'horlogerie indépendante.

On pensait qu'à cause de la crise ce genre d'aventures étaient terminés, De Monaco apporte la preuve qu'il n'en est rien, ce qui est soit la plus grande surprise. 


Popular Manufacturers

Popular blog posts

Archives

Bookmark the site !